Accueil
Enregistrez-vous
images/stories/IQGF6796.jpg

dans son Art afro urbain contemporain

malicious book

Maliciouz est une artiste que je suis avec admiration depuis plusieurs années déjà.
J'ai vu plusieurs de ses expositions, j'ai vu plusieurs de ses fresques sur les murs de la ville et à chaque fois, c'est un peu comme si j'étais dans un musée. En fait, ça me rappelle que l'art, le vrai, s'appréciait dans la rue, dans les cypher, sur les plages, devant les cases, devant les griots, sous le ciel...avant d'être soit disant exhaussé sur des scènes, des présentoirs et des piedestaux.
Je m'arrête. Je me laisse attraper. Le temps ne compte plus. Il 'y a plus que l'oeuvre et moi et on se regarde, les yeux dans les yeux.

Quand Maliciouz m'a dit qu'elle publiait un livre dans lequel elle assemblait ses créations, un peu comme on assemble les morceaux de notre mémoire, en m'invitant à y écrire un texte sur le sacré, sur cette spiritualité transmise depuis toujours par notre sang, je n'ai pas cherché longtemps pour que l'inspiration me trouve. 
Voici ce que je lui ai répondu : 

« Bon. J'ai écrit un texte pour toi. Sur le lourd sujet que tu m'as cédé lol !
But...
 Mon procesus créatif désormais, c'est que je ne me bats plus contre moi-même. I really let it flow. J'veux plus le faire autrement. Tu n'peux pas planer pour revenir à ta prison....feel me?
Du pur bonheur habité d'écrire ce texte. Freedom. Merci pour l'invitation. 
 
Je n'ai nommé aucun nom d'idole, aucun symbole, aucune chronologie temporelle.
J'ai push vers le haut, dans le massif.
Pis j'le dis sans aucune prétention parce que je sais que tu es une artiste dans tout le spectre de l'être et que tu comprendras très bien c'que j'veux dire. J'le vois dans tes oeuvres.
C'est pas un texte slogan, pas un texte poésie berceuse d'enfants, pas un texte médaillon qu'on porte au cou.
J'en ai un peu marre de ces textes clichés répétitifs. 
C'est un texte totem. Non, plus détaillé encore, plus imposant. C'est un texte cathédral, comme disent les français chrétien.
Pyramidal dans le langage de la spiritualité nègre. 
 
Take your time with it.
Pis reviens-moi.
Je t'envoie ça dans quelques minutes, le temps de me relire. »

J'espérais pouvoir envelopper décemment un de ses tableaux avec mes pensées.
Mais quand j'ai vu toutes les peintures et les statements qui entouraient mon texte, comme pour rappeler toute la place que la vie et moi on occupe l'une dans l'autre, l'une pour l'autre, j'ai retrouvé la vue d'ensemble. Thanks sista.

Rarement on ouvre un livre et ressent une telle intensité émotive dès qu'on pose les yeux sur les premières pages. Ces images qui valent mille mots mais souvent aussi, mille silences… 
La voix de Maliciouz porte très haut. Quand tu peux entendre à la fois le passé et le futur dans un même instant, c'est que t'es freakin' là ! T'sé quand tu catch que t'es pas juste le pont mais que tu es aussi la mer, le ciel, le courant ? 
Que t'es pas juste une identité définie dans un cadre mais que tu es ce regard auquel, dès lors qu'on le croise, on s'identifie ? 

En plein coeur de ces desseins en mouvement, page 120 : Spirits. 
Le texte que j'ai signé. En tout honneur et respect. 
https://www.maliciouz.com/ 

 

 

 

J'suis sur Twitter !