Accueil
Enregistrez-vous
images/stories/IQGF6796.jpg

Avec Myriam Fehmiu et Philippe Fehmiu sur les ondes de Ici Radio-Canada Première.

Évidemment, on a beau débattre de la pertinence de la célébration du Mois de l'histoire des Noirs à chaque année, reste que c'est toujours et presque exclusivement pendant le mois de février que les échanges et le talent brillent par leur noirceur. 
Et je ne parle pas seulement de la couleur de peau. Je parle aussi de l'obscurantisme dans lequel ces distinctions et ces conversations sont reléguées et de cet identitaire de seconde classe, ce rôle de figurant qui attend son tour derrière les rideaux en espérant qu'en celui-ci, il ne s'éclipsera pas irrévocablement...

Alors parmi tous les coups d'éclat de toutes les formes et de toutes parts, (et je dois admettre le triste constat que plusieurs lueurs d'espoir, maintenant à bout de souffle, en sont à se tamiser ou même s'éteindre. À force de coups de paix dans l'eau ! 
Parce' fuck les charrieux pis les chariots d'la caravane qui ne passe que là où ça aboie !
Au royaume des bornés, les aveugles sont rois…et les muets sont ornés de l'imposture qui flamboie ). 
Bon. Là j'vais faire gaffe de ne pas m'emporter...si tu vois c'que j'veux dire.
Je disais donc que parmi toutes les expositions du mois, je vous partage celle-ci. 
Myriam Fehmiu et Philippe Fehmiu, que je big up pour le micro qu'ils ont passé aux afro-descendants pendant tout le mois de février, ont invité plusieurs figures marquantes de tous les horizons de la communauté pour réfléchir à cette quesrtion :
Comment faire rayonner les gens des communautés noires et racisées au-delà du mois de février et j'ajoute, au-delà des événements socio-politiques qui buzzent en ce moment ? 

Excellent échange de points de vue que je vous conseille d'écouter intégralement. 
Moi, je viens jetter de la lumière à 15h21 pour qu'on revoit ensemble l'histoire en poème dans “Ces fruits étranges”.
Et j'y reste pour la table ronde qui s'en suit.

Il ne suffit plus d'être présent. Désormais, il faut exiger d'être présent, dans sa peau. 

Cliquez sur l'image pour écouter l'émission
nos histoires.jpg

 

 

 

Dans la rue bnw

Pendant le mois de septembre de 2020, Guillaume Soucy et l’organisme À portée de mains ont eu la brillante initiative de diffuser un projet de multimédia éphémère sur les murs du quartier St-Michel à Montréal.
L’idée était de synchroniser les poèmes ou textes de différents écrivains (un/une par semaine) sur des images et de la musique en toile de fond.
Ils m’ont contactée pour me proposer de faire partie des auteurs. Ils m’ont dit “St-Michel, poésie, réverbérée direct sur les murs et corner des petites rues et avenues passantes…
J’ai répondu : « C’est cool. Présente. C’est le moment de se redonner à la source. »
Et j’ai écrit un texte pour l’occasion. 

En arrivant sur place, j’étais pas certaine de mon feeling initial.
J’me suis demandé quel était le réel entrainement du geste puisqu’il n’y avait pas eu de promotion et donc pas de foule sur les lieux.
Mais quelque chose, de l’ordre du subconscient, m’a gardée plus longtemps que prévu sur place. 
Puis comme j’écoutais la musique et lisais mon texte qui se répétait en boucle, imprégné dans cet environnement et surtout, dans les regards des citoyens qui passaient avec leurs quotidiens dans les mains dans leurs démarches existentielles, j’ai tout pigé. 
J’ai compris que cette boucle faisait son oeuvre dans le temps…

Ce sont les passants, les habitants du quartier qui nous l’ont dit puis nous ont remercier de leur offrir une parcelle d’âme, ce quelque chose qui retient leur attention et leur parle, à eux !

« On voit jamais ça ici ! D’habitude, faut se rendre au Centre-Ville pour avoir accès à cet art là ! Ça fait du bien que ça vienne à nous…»

« Merci de faire ça pour nous, le vrai monde. De nous parler dans le langage du vrai monde, ici, direct où on habite ! »

« Ah! Ça c’est super pour les jeunes du quartier qui passent pis qui ont pas l’choix d’entendre, de voir pis de lire ça, construit pour eux, par quelqu’un qui vient d’la même place qu’eux… bravo. »

Voilà.
Voilà à quoi ça sert l’éphémère qui s’imbibe à vie dans le coeur et l’esprit de ceux pour qui il a été créé. 
Merci.

Dans la rue

Cliquez pour lire le texte

 

Quand j'ai commencé l'aventure Muzion en 99, jamais j'aurais pensé nous retouver encore au sommet 20 ans plus tard.
Quand j'utilise le mot “sommet”, j'espère que vous comprenez que je n'emprunte rien au discours plat, artificiel et lassant de la promotion et de la prétention. Le fameux “yeah boy! On est les best and I'm on top of the wolrd!!!”. Non. Je parle d'un sommet beaucoup plus incommensurable.

Je parle d'un état des lieux, d'une certaine forme d'arrêt à partir duquel tu captes une vue d'ensemble de tout le chemin parcouru, les escalades ardues comme les envolées, les chutes, les reculs, les élans, les rehaussements, les avancées...les accessions d'où l'horizon est tellement infini et l'air tellement pur et oxygénant que tu comprends que chaque sommet en appelle un autre, qu'il n'y a pas de sommets mais que des sommes, qu'on ne compte plus les sommes mais les éveils, que la vie est une succession d'éveils qui nous ramènent les pieds sur terre. 
Wow... C'est extraordinaire. Merci la vie.

Je parle aussi de toutes les rencontres qui nous ont hissés.
Merci à tous ceux qui étaient là, qui ont rendu tout ce cheminement possible il y a 20 ans, pendant 20 ans, 20 ans plus tard et pour encore 20 ans. 

Cliquez sur «Lire la suite» pour lire les articles de presse (merci à tous les journalistes qui nous ont rencontrés, pour votre temps, votre écoute, votre respect, votre support pendant toutes ces années et pour les good vibes lors de nos échanges).
À commencer par cet article de Jérémie McEwen dans La Presse. Il m'a laissée bouche bée... Quand on tombe sur quelqu'un qui a l'éloquence de son talent et de sa pensée et qui nous démontre un tel respect et une compréhension de notre intégralité, qui ose l'exprimer sous cet angle, ça chavire totalement.
Réciprocité M.McEwen. Merci beaucoup et au plaisir de vous rencontrer...

http://plus.lapresse.ca/screens/a569874f-2099-4b62-b632-9b46274b6f7e__7C___0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen

Cinq fois le meilleur de la musique québécoise au féminin

Wow. Je suis bouche bée...Merci beaucoup.

Cliquez sur la photo pour lire l'article

De gauche à droite: J. Kyll (Jenny Saldago) de Muzion, Lhasa de Sela, Betty Bonifassi et Marie-Jo Thério
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir / Pedro Ruiz Le Devoir / Annik MH de Carufel Le Devoir / Érick Labbé De gauche à droite: J. Kyll (Jenny Saldago) de Muzion, Lhasa de Sela, Betty Bonifassi et Marie-Jo Thério

À lire aussi : 
Éclairer la part féminine de la musique populaire

 

 

10 femmes noires qui ont marqué le Québec

Quel honneur que de se retrouver dans cette liste de femmes de tête et de coeur...

Cliquez sur la photo pour lire l'article et voir les 9 autres femmes de la liste

 

 

 

À Plus on est de fous, plus on lit

Sur les ondes de Radio-Canada

Nouvelle saison pour ce segment de l'émission où à tous les vendredis, deux artistes des mots se font duel aux termes de 3 manches verbales sur un sujet imposé.

27 octobre 2017 : L'indifférence

Cliquez sur l'image pour écouter cet affrontement sur le site de l'émission.
Cliquez sur “ Lire la suite ” pour écouter mes engagements antérieurs.

Vous pourrez m'entendre sur la 5e saison, donc la dernière chanson de l'album : Kozmika se réveille
Réalisée par James Di Salvio, avec Diane Dufresne et Ruby Bilodeau.
Écoute exclusive sur IciMusique.ca
 
 

Dans le cadre du 375e de Montréal 

L'art d'être différents ensemble

 Shoutout à Queen Ka !

nova stella queen k

 

 

 

 

 

Au party “ Discothèque ”

Ça s'passe le 1e juillet 2017 à 21h30 sur la scène TD, place des festivals.
“ Carly Rae Jepsen comme artiste invitée, Men Without Hats, Radio Radio, Muzion, Buffalo Hat Singers, ainsi que 24 musiciens, 5 chanteurs, 35 danseurs, de folles projections, des surprises et un feu d’artifice dans une mise en scène de Yann Perreau et sous la direction artistique et musicale de DJ Champion et Alex McMahon. ”

 

 

J'suis sur Twitter !