Blogue
Enregistrez-vous

Un autre de mes chums a pogné 30 ans hier. La gifle fut brutale.
La trentaine. C'est terrible.
Mon corps se moque de moi.
Douleurs sans raisons manifestes. Se traîner quotidiennement sur un tapis roulant et se pétrifier quand même (dans le sens de perte de fluidité de mouvements et non pas six pack découpé).
Mon esprit semble s'évaporer aussi. Pis ça ça m'fait chier. Apeurant, grave.
L'usure d'un ordi qu'on a gavé d'infos inutiles à mémoriser et qu'on a programmé pour répondre à trop de fonctions multi task en même temps. System overload.

J'entends déjà les trentenaires (et ceux de 40 aussi !) s'extrairent de cette description avec ferveur, à s'époumoner ! Mais quelque chose dans leurs passions bucoliques, dans leurs rides botuliques, dans leurs sourires synthétiques et leurs regards anesthésiés finira par céder. Shut up.

Jamais auparavant, dans mes deux autres foutues décennies de vie, j'avais senti mon être divisé si nettement en trois départements distincts : Le corps, l'esprit et l'âme. Ouais ouais, je sais. Vous êtes une méchante gang à ne pas croire à l'existence de l'âme. Moi, j'suis quasiment certaine que c'est ça qui reste à la fin.

ashuwada.comUne personne, qui désire garder l’anonymat (et j’dois dire que c’est le premier fait qui m’a intéressée à sa proposition), m’a demandé si j’étais allumée à l’idée de contribuer à ce nouveau site web qu’elle allait tenter de mettre sur pied.
Un site construit par et pour les communautés noires de Montréal, offrant une plateforme ouverte à tous et interactive où chacun peut proposer quelque chose d’instructif. Une idée, une prise de parole, un projet à présenter, un album ou un livre à conseiller ou critiquer, un nouveau resto, un thème à débattre, social, politique, culturel, humoristique…bref tout est bienvenu, pourvu que le partage reste édifiant.     

computerized skyBon. 1er février 2013 :

Je décide de transformer mon domaine de promo et d’informations en vraie page blogue…
Ceci est donc mon premier vrai billet.  Je suppose.
Parce’ c’est fucké comment à notre époque, les choses arrivent à leur accomplissement, donc deviennent consommables, qu’à partir du moment où on les rentre dans l’moule. Et non pas quand on les sort… Quand on les sort, la plupart du temps, on les tue.
La vie, c’t’un moule. Soit tu fit, soit on t’fait fitter, soit tu dédies ta vie à ne pas mourir.
Alors les gens qui ne s’en sortent pas, est-ce qu’on peut vraiment les blâmer ?